Sauce cacahuètes et Shitaké au Riz de ma Grand-mère

Sauce cacahuètes et Shitaké au Riz de ma Grand-mère

C’est un plat couramment consommé au Cameroun, souvent considéré par beaucoup comme le plat du pauvre, celui là qu’on prépare à partir d’ingrédients de base, encore accessibles pour le porte monnaie du plus grand nombre. Mais la sauce d’arachides comme on l’appelle communément au pays, est bien plus que cela. C’est un plat non dépourvu de nutriments qui plus est s’il est accompagné du riz du village ( riz de campagne), devient riche et encore plus savoureux.

Pourquoi le riz de ma grand-mère?

IMG_7481

Parce que celui là a conservé toutes ses propriétés… Aussi loin que je me souvienne, le riz était semé, récolté, mis à sécher puis pilé au mortier afin d’enlever la coque, non comestible. On obtient alors ce joli grain avec sa fine pellicule rouge foncé, riche en fibres et en minéraux ( comme la plupart des riz complets d’ailleurs) bien plus que le riz blanc importé, parfumé et vendu à prix d’or sur les marchés des grandes villes. Ce dernier est souvent préféré pour son parfum ( loin d’être naturel) et pour son aspect, blanc donc plus séduisant. Même si le riz local connaît un regain de consommation et d’intérêt ces dernières années, le riz « non blanc » comme on en cultive à Tonga, à Bassamba et dans d’autres villages de l’Ouest Cameroun, devrait être plus valorisé. Certes il n’est ni blanc ni parfumé  mais il a du caractère, un parfum authentique et a des qualités nutritionnelles très intéressantes. Que demander de plus?

Alors oui, quand c’est possible le riz de ma grand-mère accompagne ma sauce d’arachides,  jamais oubliée mais parfois revisitée. Comme dans cette recette où  j’ai remplacé les traditionnels champignons séchés de mon enfance par le Shitaké, autre champignon, asiatique celui, que j’adore tout autant! On en trouve dans les magasins asiatiques évidemment et le prix reste plutôt correct, mais peut varier considérablement d’un endroit à l’autre.

IMG_7054

Du point de vue nutritionnel, il est bourré d’antioxydants, et d’une richesse en minéraux et en vitamines du groupe B totalement impressionnante. Son principal principe actif, la lentinane est connue pour ses propriétés antivirales et anticancéreuses.

Déjà que j’adore les champignons, le shitaké avec son goût fumé qui me rappelle des goûts oubliés, des saveurs d’autrefois, a reçu toutes mes faveurs. J’en mange à toutes les sauces: dans ma sauce Gombo, dans une soupe thaï, dans les bouillons…

Pour l’utiliser comme dans la recette il faut les mettre à tremper dans de l’eau tiède ou chaude (mais pas trop) pendant au moins une heure. Ils se réhydratent et gonflent.

Pendant ce temps, préparer les ingrédients:

  • 4 grosses c. à soupe de beurre d’arachides grillées ( de cacahuètes)
  • 1 gros oignon + 1/2 oignon
  • 5 gousses d’ail
  • 1 morceau de gingembre d’environ 3 cm
  • 1 tomate
  • 1 petit piment ( facultatif)
  • Sel marin, 1 cube de bouillon fait maison
IMG_4031
Cacahuètes écrasées à la moulinette manuelle

Il est plus facile d’obtenir sa pâte d’arachides (cf photo ci-dessus) mais n’ayant pas de moulinette chez moi, j’achète du beurre de cacahuètes tout prêt.

IMG_7078

Dans un blender ou à la pierre à écraser, réduire en purée l’oignon, l’ail, la tomate et le gingembre.

Dans une casserole légèrement graissée, faire revenir le 1/2 oignon haché. Ajouter les shitakés égouttés ( avec un verre de l’eau de trempage c’est encore meilleur), les autres ingrédients mixés. Recouvrir le tout avec un demi litre d’eau. Saler et ajouter le cube de bouillon. Quand le mélange bout, ajouter la pâte d’arachides par petits morceaux ou la faire délayer préalablement dans de l’eau tiède, laisser cuire à mi-couvert pendant 20 min. En Afrique on le fait cuire beaucoup plus longtemps et on y ajoute d’autres ingrédients, crevettes séchées, viande, poisson fumé, d’autres épices, d’autres légumes selon les régions et les pays. Au Sénégal et au Mali où on l’appelle Mafé, la recette est tout aussi gourmande.

Pour ma part selon mes humeurs, je rajoute 1 cuillère à soupe de sauce soja, ou des crevettes, ou du poisson.

IMG_7085

Cette sauce se mange avec du riz, du plantain, avec la plupart des tubercules comme l’igname, la patate douce, le manioc, le macabo et j’en passe. Mais c’est surtout lorsqu’elle accompagne le riz de ma grand-mère qu’elle est à tomber!

 

 

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !


1 thought on “Sauce cacahuètes et Shitaké au Riz de ma Grand-mère”

Laisser un commentaire


%d blogueurs aiment cette page :